January 27, 2010 - No Comments!

Mário Botas

Je dessine et compte les cyprès alignés. Un, deux, cinq, dix. Je compte les cyprès alignés et après les années à vivre. Un, deux, cinq, six. Je dis au revoir aux «chèrs nuages», des matins et des aurores, parce que je sais maintenant que bientôt je ne serais plus.

Désormais chaque dessin fera partie de cette litanie des adieux. Le temps urge et je n’ai rien à perdre. Je quitte en définitif l’hôpital, je me renferme pour lire Borges, Swift et Blake et, surtout, mettre sur le papier, créer, rester après la mort.

Peut-être que face à la mort tous seront comme moi, je ne sais pas, infiniment sincères. En tous cas l’unique raison de mon existence est de m’exorciser, de me vider, de me mourir moi-même, seul, avant elle.

(Mário Botas, Histórias do Condado Portucalense, encre de chine sur papier,1981)

Published by: Nuno in Héros, Peinture

Leave a Reply