June 28, 2014 - No Comments!

Locus Amoenus (VII)

Howard Carter

Je connais maintenant la sensation de Howard Carter et Lord Carvanon quand ils sont arrivés à l’épais mur en pierre blanche du Nil, au bout de l’escalier qui signait l’endroit de la plus petite tombe de la vallée des rois. Elle est intacte ; de l’autre côté, reposaient des trésors.

Oui, je touche, moi aussi, l’épais mur qui nous sépare de l’antichambre du royaume. Ça y est : les fouilles ont finalement donné quelque chose. Tiens, je fais un trou. Vite, quelqu’un me passe une lampe. Je l’allume et je regarde ce qu’elle montre.

For the moment - an eternity it must have seemed to the others standing by - I was dumb with amazement, and when Lord Carnarvon, unable to stand the suspense any longer, inquired anxiously, ‘Can you see anything?’ it was all I could do to get out the words, «Yes, wonderful things.»’

Des trésors inattendus. Attendus. Inattendus. Attendus.

Published by: Nuno in Urbanisme, Fragments, Porto, Bruxelles

Leave a Reply